Solo ou presque

Solo… ou presque

Vidéo : avant-première au festival « Scène découverte danse » au Croiseur à Lyon, 11 Mars 2020 (durée 25min).

EN COURS DE CRÉATION

Solo
Danse contemporaine – tout public
Durée : 45 min
Création Cie Rooms 2020 – 21

Chorégraphie, interprétation : Arianna Rodeghiero.

Musique, sound design : Samuel Moncharmont.

Mise en scène, scénographie : Arianna Rodeghiero & Samuel Moncharmont

Création lumière : Jeremy Chartier

Vidéo (montage et captation) :Francois Message / (maquette) : Samuel Moncharmont

Régie : Jean Baptiste Augros

Avec le soutien de : 
Scène découverte danse et Le Croiseur
CND Lyon.

Note d’intention :

Ressentant l’envie de m’investir dans un nouveau projet chorégraphique, j’avais envie de proposer un spectacle ludique et dynamique mais néanmoins teinté d’une certaine profondeur. Cette nouvelle création est née de ma condition de jeune auteur et danseuse. En débutant le processus de recherche de façon solitaire en studio, j’ai commencé à m’interroger sur mes ambitions créatives et me suis soumise à une certaine introspection. 

J’ai alors trouvé dans la lecture de l’auteur italien Luigi Pirandello et de son œuvre « Un, personne et cent mille » une source d’inspiration sur laquelle m’appuyer pour répondre à ces questionnements incessants. Cet ouvrage m’a aidé à me concentrer sur mes propres ressources et sur celles dont je disposais. Ce que je considérais jusqu’ici comme une faiblesse apparaissait comme une force pour ce nouveau spectacle : mon identité et mon envie de combiner différents arts de scène tels que le geste théâtral, le geste dansé plus abstrait, les rapports avec d’autres médias tels que la musique et la vidéo. 

« Je voulais être seul. Sans moi. Je veux dire sans ce moi que je connaissais déjà ou que je croyais connaitre. Seul avec un certain étranger…et qui était moi-même : étranger inséparable de moi-même. » 

Cette citation représente toute l’âme du spectacle « Solo… ou presque ». Elle m’a poussée à chercher les fondements de cette création dans la richesse de ma vie quotidienne, dans les différentes facettes de mon identité et dans celle de ma compagnie. Ce spectacle est en effet un « solo » interprété par une unique danseuse sur scène « …ou presque » car elle est accompagnée de son double en vidéo projection et elles explorent différents personnages.  Ce concept résonnait bien avec les aspirations pluridisciplinaires de la compagnie, avec notre volonté de collaboration et de création en groupe et avec nos habitudes de travail.  

Si l’utilisation de l’écran propose une mise en abime de la vie de danseuse, il aide aussi à contextualiser le spectacle dans notre société envahie par la technologie. La mise en scène présente une vision quelque peu amère et comique de nos comportements face aux écrans et au culte de l’apparence. Elle permet aussi d’explorer plusieurs pans de ma personnalité en intégrant à la chorégraphie diverses interactions : imitation, opposition, coopération…entre l’interprétation à l’écran et celle sur le plateau. 

J’ai voulu mettre en scène l’identité de la danseuse confrontée aux doutes imposés par la création et par l’environnement du spectacle. En jouant sur la multiplicité des scènes et des protagonistes, parfois dans une atmosphère dramatique, d’autres fois dans une ambiance légère et teintée d’autodérision, ma volonté est de proposer un large éventail de sensations et d’émotions. L’objectif est de m’amuser tout en amusant le public. Je souhaite délivrer un « one women show » tout en collaborant avec des personnages virtuels incarnés grâce à l’utilisation de la technologie. Le but de cette création est de proposer au public un instant de divertissement tout en lui suggérant une prise de recul sur notre société. Masques et apparences, image de soi et regard de l’autre, illusion et réalité, technologie et avatars borneront la trame de ce spectacle pour conduire le public vers une réflexion sur les thèmes de l’identité, de l’altérité et de la normalité. 

Arianna Rodeghiero